03 janvier 2003

Nouveau spot pour Pink Lady®

pink.jpg

[Jean Harzig]
Pour le lancement de la campagne 2010/2011, Pink Lady® revient sur les écrans de télévision avec un nouveau spot sur le thème de Roméo et Juliette.

L’objectif sera de renforcer la notoriété de la marque et de réaffirmer ses valeurs. La production est signée par l’agence A comme André. Le spot paraîtra sur les principales chaînes de télévision en France, Belgique, Allemagne et Italie entre les 8 et 21 novembre prochains, pour générer 230 millions de contacts. En France, une présence exclusivement sur TF1 en hertzien et sur les chaînes leader de la TNT assurera une couverture de 76 % de la cible (25-59 ans) et générera plus de 84 millions de contacts. 82 % des téléspectateurs avaient été séduits par le spot de campagne passée et 84 % avaient été incités à l’achat. Le rythme de croissance de la notoriété de Pink Lady® s’est considérablement accru ces 3 dernières années pour atteindre 64 % en Belgique, 59 % au Royaume Uni, 57 % au Danemark, 56 % en Irlande, 44 % aux Pays-Bas, 42 % en France et en Allemagne.

20:20 | Lien permanent | |  Facebook

3ème trimestre en demi-teinte chez Carrefour

carrefour.jpg

[Jean Harzig]
Après l’euphorie du lancement réussi du concept Carrefour Planet en septembre, le groupe Carrefour vient de présenter ses comptes pour le 3ème trimestre 2010.

La croissance globale affichée à + 6,7 % est attribuée aux marchés émergents. Sur les marchés européens, la situation est plus mitigée : les choses semblent s’améliorer en Belgique et en Pologne, elles sont toujours difficiles en Espagne où les ventes baissent de 4,3 % dans un contexte de crise économique. Seul le hard discount limite les dégâts dans un environnement très déflationniste. En France, le recul du trafic se alentit dans les hypermarchés, à -1,2 %, contre - 2,7 % au T2 et -4,5 % au T1. Les ventes se stabilisent dans les supermarchés Carrefour Market après la forte dynamique des derniers mois liée au changement d’enseigne. Côté hard discount, le groupe annonce une croissance soutenue des ventes dans les 257 magasins convertis de l’enseigne ED à DIA à la fin du 3ème trimestre. Les magasins ED intégrés annoncent une baisse des ventes de – 10,4%.

20:20 | Lien permanent | |  Facebook

La pomme sponsorise et participe au premier Marathon de Montpellier

equipe.jpg

[Julie Martin]
L’ANPP (Association Nationale Pomme Poire) tenait stand ce week-end place de la Comédie à Montpellier pour promouvoir le vertus nutritionnelles de la pomme auprès des sportifs et de leurs accompagnateurs, tout au long  des manifestations liées au 1er Marathon de Montpellier qui s’est tenu ce dimanche 17 octobre.

Une équipe de 6 personnes, constituée notamment de Florence Rossillion, déléguée générale de l’ANPP, de Raphaël Martinez, directeur de la Fédération des coopératives du Languedoc Roussillon, de Didier Crabos et de Frédéric Gastaud de Cofruid’Oc, de Nicolas Perrin chef du bureau fruits et légumes au Ministère de l’agriculture et de Jean Harzig, notre rédacteur en chef. C’est à Florence Rossillion qu’est revenu l’honneur de franchir la ligne d’arrivée après 4 heures d’un bel effort collectif en relais.

stand.jpg

20:20 | Lien permanent | |  Facebook

Miffel : Avignon en 2011 et après … ?

rem.jpg

[Julie Martin]
Alors que les prochaines éditions étaient programmées à Marseille (2011) et à Lyon (2012), Laurent Rémi, directeur du Miffel , annonce qu'il se déroulera encore à Avignon en 2011… jeu du financement des collectivités oblige…

Depuis quelques années, le Miffel a des envies de grandes villes, plus porteuses pour développer un salon d’envergure internationale. L’un des premiers objectifs du Miffel étant le développement euro-méditerranéen sur le côté amont et process industriel alimentaire, Marseille semblait en effet la candidate idéale. Toutefois, le Miffel étant financé en grande partie par les collectivités locales, sa liberté est toute relative. La région semble avoir opté pour un maintien à Avignon, suivie dans ce choix par le département du Vaucluse et le grand Avignon.
Deuxième axe de développement : la viticulture. Les organisateurs tentent de développer ce pôle sur le salon depuis plusieurs années et il semble que la région et le milieu coopératif commencent à voir d’un oeil positif cette initiative. Ce qui augurerait d’un développement du secteur viticole en 2012, (le Sitevi ayant lieu en 2011 à Montpellier). Autre idée soutenue par la région, la mise en place d’un salon de l’agriculture régional qui pourrait s’articuler à la suite du Miffel.
Outre l’édition 2011 qui aura lieu à Avignon et qui sera l’occasion de célébrer les 20 ans du Miffel, la suite du salon est pour l’instant suspendue à de très nombreuses incertitudes. Du côté des exposants, c’est finalement un soulagement qui est exprimé par une grande partie d’entre eux, et certainement une déception pour ceux qui misaient sur un salon de plus grande envergure. Pilier de la fruit and vegetable week, le Miffel a proposé un programme riche de conférences produits (abricot, fraise, cerise) mais également étiquetage, innovation ou qualité. Côté exposants, l’entrée du salon était marquée par une offre soutenue autour de l’énergie solaire. Instituts de recherche, pôle bio, formation étaient également présents. Un grand hall était dédié aux innovations d’Innovafel avec un retour intéressant sur le parcours des produits sélectionnés les années précédentes (C’Zon, Kookabara, Cœur de fruit…). Le hall dédié au calibrage des fruits proposait une offre complète des différentes machines disponibles sur le marché. Enfin, sous le dôme, les exposants habituels, fournisseurs amont de la filière se sont retrouvés dans un espace qui manquait parfois un peu d’animation. À noter l’absence du semencier De Ruiter (racheté par Monsanto). Question visitorat, le rythme de croisière se stabiliserait à 15 000 visiteurs (selon les organisateurs).

20:18 | Lien permanent | |  Facebook

Tomate de conserve : plus de 200 000 tonnes dans l’Hexagone en 2010

tom.jpg

[Jean Harzig]
Après avoir connu bien de vicissitudes au début des années 2000, avec notamment le collapse de son fleuron, la coopérative Le Cabanon à Camaret (Vaucluse), la filière tomate de conserve française a confirmé en 2010 le rétablissement enregistré en 2009 avec une remontée des volumes au-dessus du seuil des 200 000 tonnes récoltées en frais.

Le concentré demeure le débouché de référence de la filière, mais différentes combinaisons, différents niveaux de concentration émergent : les basses concentrations sont notamment porteuses de nouvelle valeur ajoutée pour les produits industriels, même si la compétition est rude sous la pression terrible exercée par les acheteurs des GMS. En quelques années, Provence Tomates à Tarascon est devenue la première unité de transformation hexagonale de tomates avec quelque 85 000 tonnes d’engagements. Elle est d’ailleurs le principal point d’appui de la relance de la filière. Alors que le débat sur les contrats agricoles fait rage avec la mise en application de la LMA, la filière tomate d’industrie peut faire valoir sa longue expérience en la matière. Pour autant, le directeur de la Sonito, Pascal Lenne, appelle de ses vœux une évolution des pratiques en la matière : « il faut avoir l’intelligence collective de poser un prix pivot en février / mars, quand les industriels ont assez d’éléments en main sur les perspectives de marché. Ce prix pivot sera ajusté  à la récolte en septembre dans une fourchette dont le niveau de fluctuation ne devrait pas dépasser + ou - 5 %. Une telle approche serait sécurisante pour tous les acteurs et permettrait aux producteurs d’engager leurs mises en place en toute connaissance de cause. Cela devrait aussi éviter des discussions trop souvent âpres, difficiles et gourmandes en temps et en énergie ».

20:10 | Lien permanent | |  Facebook

La Gefel adhère à Interfel

gefel.jpg

[Jean Harzig]
L’Assemblée générale extraordinaire d’Interfel tenue le mardi 12 octobre a ratifié la décision du Conseil d’Administration du 8 juillet 2010 relative à l’adhésion de la Gefel.

Rappelons que la Gefel fédère les AOP nationales fruits et légumes établies dans le cadre de la nouvelle gouvernance économique du secteur. La Gefel adhère donc à Interfel où elle se substitue à Fedecom et se voit décerner 4 postes de délégués en Assemblée générale et 3 postes d’administrateurs attribués à MM Pierre Diot, Philippe Bauwin et Pierre Giovanelli. Notons que l’AOP territoriale bretonne Cerafel s’insurge vigoureusement contre la prévalence des AOP nationales à Interfel aux dépens des AOP territoriales et menace par conséquent de quitter l’interprofession.

20:05 | Lien permanent | |  Facebook